Voyage en Italie (1/2)…de Rome à Naples

Italie, Italia…Parce que il bel paese est magnifique, a si bon goût (sauf en politique) et luit des mille lueurs du soleil…, il fallait que je parle encore de lui, de ses villes magnifiques, riches d’histoire. De ses paysages, de sa nourriture…

Voyage en Italie : la belle Rome

Je voulais te voir depuis longtemps, ô Roma, ville si riche et si dense. Parcourir à pied tes rues. Découvrir la fontaine de Trévise, le Colisée, le forum romain et le mont Palatin lors d’une passionnante visite guidée. M’amuser des curiosités découvertes à la Centrale Montemartini ou des multiples églises qui font ta gloire. Me gaver de pizza al taglio jusqu’à plus fin. M’attendrir devant les chats de Largo di Torre Argentina

En effet, mon passage à Rome fut dense. Je voulais tout voir, tout savoir.

Que visiter à Rome ? Quelques points d’intérêt

ItalieLa Centrale Montemartini, c’est la rencontre entre une vieille centrale électrique et l’art classique… de vieilles machines et des statues. Des expositions et un turbo-alternateur à vapeur…

Elle fut choisie pour accueillir des œuvres, temporairement, durant le réaménagement des musées de Palazzo dei Conservatori, Museo Nuovo et Braccio Nuovo.

Elle fut finalement désignée comme un lieu permanent d’exposition, le mariage entre ces deux mondes diamétralement opposés, l’archéologie industrielle et l’archéologie classique plaisant au plus grand nombre.

Les chats de Largo di Torre Argentina

C’est dans la zone de la Curie de Pompée, où Jules César fut assassiné que se situe ce refuge improvisé pour chats !

Italie

Des colonies de félins y élurent en effet domicile, dans les années 30, peu après la découverte des temples de Largo di Torre Argentina. Des temples datant du IIIe siècle avant Jésus-Christ.

Rome

Dans les années 1980, le site fut transformé en sanctuaire pour chats errants, selon le principe TNR (Trap-Neuter-Return) : capturer, stériliser, relâcher. C’est un lieu qui se prête à une petite pause, après avoir arpenté la ville en long en large pendant des heures. Ainsi, on peut contempler les chats qui s’étirent au soleil, surveillent leur magnifique territoire…

Rome

Rome version Mussolini

Rome, c’est aussi frémir devant les imposants monuments restant de l’époque du Duce. Architecture fasciste, disséminée d’un bout à l’autre de la ville.

“La guerre que nous préférons”. Expression utilisée par Mussolini pour désigner les grands travaux qu’il fit entreprendre à Rome, à partir de 1926.

Rome

Le Palais de la civilisation italienne (Palazzo della Civiltà Italiana) ou Palais de la civilisation du travail (Palazzo della Civiltà del Lavoro) : monument emblématique de l’architecture fasciste du XXe siècle, situé dans le quartier d’affaires EUR (Esposizione Universale di Roma) de Rome en Italie. Il est resté inoccupé jusqu’en 2015, date à laquelle la marque de luxe Fendi y a installé son siège.

Le Duce était obsédé par Rome et rêvait d’une Italie romaine, c’est-à-dire “sage, forte et disciplinée”, d’où la volonté, à l’aube des années 30, d’imiter les constructions de l’Antiquité. Il y eut beaucoup de démolitions, notamment les habitations populaires, situées à proximité des monuments historiques, et de reconstructions. On peut ainsi affirmer que Mussolini a faire reconstruire une partie de Rome à son image.

“Tous les monuments se dresseront dans leur nécessaire solitude, proclamait-il. Tels de grands chênes, il faut les débarrasser de toute l’obscurité qui les entoure.”

En 1930, Rome était méconnaissable. Des quartiers modestes entiers avaient disparu. Les habitants de ces quartiers, souvent des artisans vivant au-dessus de leurs ateliers en centre-ville, furent relogés en périphérie, dans des logements sociaux qui relevaient plus du clapier à lapins que de l’immeuble. Pas de moyen de transports. Ils perdirent ainsi leur travail et leur foyer ! Triste Italie des années 30.

Les “Musei Vaticani” à la cité du Vatican

Découvrir, gratuitement (merci le dernier dimanche du mois !!!) les musées du Vatican, la chapelle Sixtine (enfin !!!).

Bon à savoir : oui, la visite des musées du Vatican est gratuite, le dernier dimanche de chaque mois ! Des heures de contemplation, des pièces superbes. Il y en a pour tous les goûts et de toutes les couleurs.

Un magnifique plafond - Musei vaticani

Un magnifique plafond – Musei vaticani

La chapelle Sixtine, …autant de visages au plafond que dans la salle. Cet épatant plafond, que l’on contemple, au milieu du brouhaha des touristes et des voix sépulcrales des employés du site “Silence please ! Silenzio !”.

Italie

Détailler la beauté d’un plafond, c’est tout un art, à l’italienne.

La Via Antica, cette antique voie romaine

Rome : balade sur la Via Antica

La via Antica

Tituber de fatigue sur la Via Antica, qui fait 16kms de long et qu’on ne peut juste pas faire à pied !!! Ah comme je m’étais mal renseignée ce jour-là ! Non seulement j’étais parvenue, à pied, depuis un lointain métro jusqu’à cette antique voie romaine, le long de laquelle on peut découvrir plein de vieilles pierres, mais en plus, j’étais arrivée un peu tard. Après avoir parcouru quelques kilomètres à pied, espérant découvrir de mes yeux des vestiges d’exception, je dus me rendre à l’évidence : la plupart des points d’intérêt étaient payants. Pire, ils étaient en train de fermer. Pas de chance. Je partais le lendemain pour Naples.

Trop courte semaine à Rome. J’y retournerai, c’est sûr.

Naples et Pompéi

Après ce séjour à la capitale, je partis en tout hâte pour Naples ! Un autre visage de l’Italie. Le programme était chargé. La tête pleine des images des livres d’Elena Ferrante et bien décidée à marcher sur ses traces, j’arrivais en gare de Naples, au petit matin. Était-ce la fatigue ou un inconscient torturé ? Je ne pensais qu’à une chose : les pickpockets !

Italie : dans le métro napolitain

Métro napolitain

Je dois avouer que cela me gâcha beaucoup mon plaisir à être sur place. J’ai logé dans une super auberge de jeunesse, quasi parfaite (chambres, petit-déjeuner, accueil, décoration, petit jardin…). Je suis allée voir la mer napolitaine. J’ai pris un café devant la mer.

Naples et son bord de mer, ses ruelles

Beauté de l’Italie : son linge aux fenêtres, les chats paresseux et il lungomare…

Je me décidais difficilement à m’aventurer dans les ruelles, à quitter le centre-ville pour me rendre par exemple dans le quartier Rione Luzzatti, qui est, selon toute vraisemblance, le théâtre de l’enfance d’Elena Ferrante, au milieu de la Camorra. La bibliothèque Andreoli, la Sagra Famiglia. Comme j’aurais aimé voir tout cela de mes yeux. Ce sera pour une autre fois.

Sorbillo e la Camorra

Naples et les excellentes pizza de SorbilloLe soir venu, j’ai réalisé un rêve : manger chez un des meilleurs pizzaïolos de Naples, Sorbillo, via dei Tribunali ! Des pizzas délicieuses (les ingrédients sont vérifiés par l’Associazione Verace Pizza Napoletana !), pas chères et un homme courageux !

En effet, la Camorra a brûlé son restaurant en 2012, car il refusait de payer le pizzo, le pourcentage demandé en échange de la paix et d’une protection toute relative par la Camorra. Trois jours après, Sorbillo alluma son four à pizza, sortit les tables et chaises de sa pizzéria dévastée dehors, et se remit à servir ses clients comme si de rien n’était. Rien que pour ça, ça vaut le coup d’y aller. Mais attention, on ne peut pas réserver. Il faut faire la queue et attendre son tour. Cependant, petite astuce, être seul.e permet d’être placé.e rapidement…et ce en face d’un.e autre solitaire. C’est ainsi que j’ai mangé ma pizza, en face d’un australien, qui visitait l’Italie, pendant quelques semaines.

J’errais dans les rues de Naples, les jours suivants, pas rassurée. Quelle frustration, alors même que j’étais dans la ville d’Elena Ferrante !

 

Pompéi

Italie

Je partis visiter l’incontournable Pompéi. Curieux site. Pure naïveté de ma part ou curiosité morbide, je m’attendais à voir des statues de gens pétrifiés par la lave, un peu partout dans la ville. Oui, je sais, j’ai de drôles d’idées parfois. Je croyais, humm humm, que pour le folklore, on avait reproduit des calques de ces personnes figées par les cendres de lave.

Pompéi : rares imitations de gens pétrifiés par la laveac

Rares imitations de gens pétrifiés par la laveac

Je naviguais entre les maisons, au gré du hasard. Le soleil rendait la balade très agréable. J’errais toute la journée sur le site, avant de reprendre le train de banlieue, le soir, pour m’écrouler de fatigue à l’auberge. Je partais le lendemain pour la Sicile !


  • Plus d’articles sur l’Italie ? C’est ici !
  • Sur le voyage ? Par .
  • Plus de photos ? Sur mon Flickr
  • Des articles sur Rome ?
    • https://www.courrierinternational.com/article/2007/10/04/la-rome-du-duce
    • https://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20160913.OBS7981/trois-jours-a-naples-sur-les-traces-d-elena-ferrante.html

Sissi Piriou

Ceci est un blog de voyage, qui parle aussi d'écologie, de féminisme, de politique et de geekeries (réseaux sociaux principalement). Bavard et curieux, un peu foutraque on s'intéresse ici aussi au monde du travail (Gertrude Prout) ainsi qu'au développement personnel. Insatiable d'actualités et autres réflexions un peu allumées. Ma devise : ne prenez pas la vie trop au sérieux car de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant !

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Ah l’Italie…j’y ai été en voyage scolaire quand j’avais 13 ans, on avait fait Rome, Naples, Pompéi et un peu plus au Sud…Et j’en avais eu une vision…mitigée. Il pleuvait beauuuucoup et surtout drame du drame, on avait très mal mangé…Cela dit, ça n’entame absolument pas mon enthousiasme de visiter ce pays à nouveau !!
    On avait arpenté Rome sous des seaux d’eau, Naples m’a laissé un souvenir joyeux de ville totalement bordélique avec une circulation d’enfer, mais à visiter – définitivement ! Pompéi, j’avais aussi trouvé ça très zen…Le Vatican, superbe – même en tant qu’athée convaincue. Tu me donnes envie de repartir 🙂

    • Sissi Piriou dit :

      Très mal mangé à Rome ? Alors ça ce n’est pas vraiment pas de bol. Pour ma part, je regrette vraiment de m’être laissée effrayer par les clichés sur Naples (pickpockets, ville dangereuse). J’aurais fait beaucoup plus de choses si je ne m’étais pas sentie oppressée 🙁

      • N’aies crainte, je réalise aujourd’hui le crime contre l’humanité qu’a commis mon collège en ne nous emmenant que dans des bouges romains xD La bouffe italienne, c’est juste la vie, merde !!! 😛

  2. chatvoyageur dit :

    Intéressant et agréable
    Sur les pas de l’amie prodigieuse ! Magique !

    • Sissi Piriou dit :

      Merci :))) oui j’aurais tellement aimé voir son quartier, marcher sur ses traces. Mais ce sera pour une prochaine fois 🙂

  3. chatvoyageur dit :

    Ma maitresse avait beaucoup aimé les chats lors de son voyage à Rome (je n’étais pas né, mais elle me l’a raconté !)
    Que de souvenirs en Italie.
    Le chat Flanel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :