Venise : voyage, souvenirs et nostalgie

Venise avant 30 ans

Voyage voyage ! Ça faisait longtemps que je voulais écrire sur la fascinante Venise.

Venise

J’y suis allée il y a assez longtemps, avec mon copain et nous étions émerveillés par la ville et ses magnifiques ruelles.

Nous courions à droite à gauche, comme des chiens fous, à nous amuser de tout, sous le soleil vénitien éclatant. C’était très excitant et un peu fatigant. Nous n’étions visiblement pas les seules personnes fatiguées, devant tant de découvertes…

Venise

Une jeunesse épuisée…

Nous avions fait toutes les “erreurs” que l’on peut commettre, lorsqu’on découvre une belle ville sans préparation : parking à la journée à prix d’or, repas du midi sur le pouce, cher, dans un restau-attrape-touriste dégueulasse, des heures à parcourir la ville à pied et à acheter un peu tout et n’importe quoi, en guise de souvenirs pour nos familles.

Venise

Nous sommes sortis de là, la tête pleine de couleurs, d’odeurs et de soleil. Mais j’avais la sensation d’avoir raté quelque chose.

Venise après 30 ans

J’y suis retournée depuis, avec un programme précis ! Hors de question cette fois de payer le parking à l’entrée de la ville et d’acheter n’importe quoi.

Location à Mestre

Nous avons loué une chambre en auberge de jeunesse à Mestre, tout près de Venise. Anecdote : Nous nous sommes garés dans la bonne rue mais l’auberge, elle, était introuvable. J’appelle alors le gérant de l’auberge qui me répond dans un mélange d’italien et de je-ne-sais-quoi qu’il arrive.

15 minutes plus tard surgit devant nous un bonhomme qui, pour tout dire, ressemblait davantage à un mafieux qu’à un aubergiste. Une sorte de junkie le rejoint et ils commencent à se disputer. À ce stade, nous avions plutôt envie de partir en courant. Le propriétaire de “l’auberge” finit par ouvrir la porte de l’immeuble qui se situait derrière nous…

Ah, donc elle est là ton auberge :/ ?

Nous le suivons, avec le junkie sur nos talons. Et nous prenons, tous les quatre, l’ascenseur qui nous conduit quelques étages plus haut. Ladite auberge de jeunesse était en réalité un très grand appartement. Décoré et meublé, certes. Propre, certes.

Venise

Une étrange auberge de jeunesse…

Le gérant de cette curieuse auberge de jeunesse nous a demandé de tout régler en avance et nous a rassuré, à sa façon, concernant le junkie (“il habite ici“).

Ah bon ??? Le monsieur aux yeux rougis par le crack il habite ici ??? Nous n’étions pas rassurés, non.

Après un moment d’hésitation et de discussions tout bas en français, nous avons décidé de rester. Malgré la bizarrerie du lieu, du propriétaire, et de la présence du junkie, ce qui nous avait conduit dans cet endroit PAS CHER, c’était les nombreux commentaires positifs lus sur Internet. Trop nombreux pour que ce soit des fake. Nous avons donc payé, en retenant notre souffle. Le gérant de l’auberge nous a donné la clé de notre chambre et est reparti. Le junkie avait disparu, discrètement englouti par l’immense appartement.

Notre chambre était propre. On pouvait la fermer à clé. C’était déjà ça. Alors on a bien vite oublié tout cela et on s’est rendus à Venise pour se faire un Venezia di notte (un Venise by night).

Venise de nuit

Quel plaisir d’errer dans les rues, sans l’encombrement qu’il y a en plein jour, de revisiter la ville, au calme, à son rythme. Les reflets vénitiens dans l’eau, son clapotement discret contre les flancs des gondoles, s’amuser à recenser les ponts…

Venise

Un délicieux grignotage plus tard (trouvé grâce à notre guide papier), accompagné d’un petit verre de vin, dans une vinothèque, au milieu des vénitiens, nous a vite fait oublié l’étrange accueil de Mestre.

Venise

 

Vive les îles !

Le lendemain, à peine descendus du train, nous nous sommes dit “Exit la ville et les attrape-touristes, vive les îles !” Enfin pas tout à fait. Venise étant un émerveillement constant, nous y avons passé la matinée. Et nos estomacs avides ont cédé bien vite, à l’heure de midi, à l’attrayante pasta e vino d’un restaurant déniché dans notre guide.

Venise

Repus et heureux, il était temps de se rendre sur les îles ! Direction le vaporetto pour découvrir Burano-Mazzorbo, Torcello et Murano (cette dernière juste par curiosité).

Burano e Mazzorbo

Magnifique ! Flâner au bord de l’eau, visiter les ateliers d’artistes, le tout au milieu des maisons aux éclatantes couleurs… passer de Burano à Mazzorbo, grâce au Ponte Longo ! Superbe !
Venise

Cherchez, cherchez, vous trouverez sans doute une maison assortie à votre tenue !

Venise

Mr Pizza

Torcello

Une petite île bucolique, peu fréquentée. Elle compte plus de moutons que d’habitants paraît-il.

VeniseNous sommes tombés sur un délichiuss petit point de restauration à l’italienne, propice à la farniente. Un vrai bonheur ! On pouvait déplacer nos chaises et tables où bon nous semblait dans le jardin prévu à cet effet. Après cela, difficile de décoller…

Venise

Felicità, dolce vita…Il senso della vita é italiano !

Murano

Il faut s’y rendre, ne serait-ce que par curiosité (ou parce qu’on a lu Requiem pour une cité de verre, de Donna Leon). Cette île n’est pas particulièrement jolie mais il y a les fornaci (fours), où l’on peut admirer le travail des souffleurs de verre. Et plein de boutiques qui vendent des pièces…faites en usine, ou sur place. Ce n’est pas toujours facile à savoir.

Venise, une ville à visiter et à revisiter…(avant la montée définitive des eaux).

Une réponse à “Venise : voyage, souvenirs et nostalgie”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.