Trentenaire sans enfants, childfree et heureuse !

Je suis sûre depuis mes 8 ans quasiment que je ne voudrais pas d’enfants, que je serai childfree.

childfree

Certains gamins, rarement, m’attendrissent. La plupart du temps ils m’agacent.

Mon ex-copain savait mettre l’ambiance, captiver une audience et donc…il plaisait aux enfants, ceux que l’on côtoyait dans ma famille ou la sienne. La relation n’était pas très vieille mais je commençais à m’attendrir, vaguement, à l’idée d’avoir un enfant de lui. Je commençais à me dire que ce serait sympa de partager nos noms de famille, un logement et pourquoi pas, peut-être d’avoir un enfant. Puis on s’est quittés car Môssieu trouvait que c’était cool de changer de couple tous les 2-3 ans”oui, oui…

On s’est quittés et la très vague rêverie de former une famille avec lui aussi.

Là, j’ai compris que je continuerais probablement sur ma lancée, longtemps, celle qui m’a propulsée de mes 8 ans, childfree, jusqu’à aujourd’hui. Une vie de découvertes, de voyages, de déménagements, mais un enfant dans tout ça ? Bof.

Ça m’a confortée dans l’idée que ce serait un homme et rien d’autre, qui un jour ou l’autre me donnera, peut-être, envie d’avoir un enfant. Peu de chances dans mon cas pour que naisse un désir de maternité au fond de moi. Je ne ferme pas la porte mais j’y crois peu.

Je suis contente d’avoir entendu dire, récemment, par une candidate de L’amour est dans le pré (oui, quelle référence je sais 🙂 mais moi j’aime bien), exactement la même chose que moi. Elle disait ne pas pouvoir ressentir un désir d’enfant sans qu’un homme lui en donne envie. Car un enfant ça se fait à 2 ! Je crois que l’agriculteur en face a peu tiqué à cette annonce, je ne sais plus. Mais je me suis dit : Voilà, enfin quelqu’un qui pense comme moi ! OUF ! Merci la TV, la plupart du temps t’es bien conne mais de temps en temps, tu laisses échapper un souffle d’air libérateur !

J’étais soulagée d’entendre cette fille car j’ai réellement du mal à croire que la plupart des femmes aient envie que leur utérus soit occupé pendant 9 mois et qu’ensuite leur vie soit chamboulée par un enfant jusqu’à leur mort. Je reste certaine que pour un certain pourcentage, c’est du conformisme, c’est comme ça, elles ne réfléchissent pas plus loin, basta ! Puis on nous met une telle pression !

Je n’exclus pas qu’un désir d’enfant se profile un jour chez moi, je reste prudente sur la question (disons que je me dis qu’il ne faut pas rejeter l’idée trop fort non plus) mais je ne m’y vois vraiment vraiment pas actuellement. Moins que jamais.

En revanche, affronter avec sérénité les jugements autour de soi, ça c’est plus dur. Être entourée de gens de mon âge qui ont/font ou ont envie d’enfants m’agace profondément.

C’est quoi ce pays nataliste anti-childfree ?!?

Honnêtement, je pensais que les gens de ma génération seraient moins nombreux, nettement moins nombreux qu’avant, à faire des enfants. Ou alors qu’ils les feraient vraiment sur le tard, à 36 ans…37. Or, j’ai l’impression de ne plus voir que cela. Des trentenaires qui ont une famille. Bouh !

Moi ça m’angoisse d’entendre telle ou telle copine affirmer qu’elle a envie de faire un enfant. Certaines, oui, je les y vois très bien. D’autres…quand elles l’avouent, j’ai envie de rire. Je ne le leur dis pas mais j’ai vraiment du mal à croire que ce soit-disant désir d’enfant leur soit propre.

Ça m’a fait hurler récemment d’entendre une de mes proches, qui vient de quitter son copain, à l’aube de la trentaine, me dire que ses parents allaient criser parce qu’ils n’auraient pas de petits-enfants. Elle a ajouté que si j’en avais eu l’occasion, à 25 ans, bien sûr que j’aurais eu le mari, le pavillon de banlieue, et le monospace (sans oublier le labrador). Non mais au secours les jugements à l’emporte-pièce ! Déjà, on est pas périmé.e à trente ans, ensuite, pour un pondre un gosse, il faut vraiment être sûr.e qu’on veut un enfant avec l’autre. Et la première question, c’est : “A-t-on réellement envie de faire un gosse ?“.

Car nos vies ont de la valeur, merde ! Il y a plein de choses à réaliser dans la vie en dehors de faire des gosses ! Vive le mouvement childfree !

Ça m’agace lorsque je dis autour de moi, concernant ma génération, que je pensais que les gens seraient moins nombreux, nettement moins nombreux qu’avant, à faire des enfants, de voir que visiblement, ça choque ou alors c’est reçu avec un silence peu rassurant. Qu’es-ce qu’il y a de choquant à être childfree ?

Je me calme en me disant que c’est la vie et que j’ai des copines disponibles. Elles sont mères mais ne sont pas focalisées que sur leurs enfants ! Elles tiennent à leur vie de femme !

J’en ai une notamment que j’adore. Elle a fait sa fille toute seule à quarante ans (quel courage !) et souvent le samedi, elle l’envoie chez sa nounou pour pouvoir sortir le samedi soir. En été, elle l’envoie autant que possible en centre aéré pour se laisser du temps pour elle.

Elle apprécie terriblement qu’on se fasse des soirées de copines. Cette amie nous appelle régulièrement, moi et les autres copines ! C’est également une très bonne maman pour sa fille ! Bref, elle est restée accessible et un peu disponible pour l’amitié.

J’ai d’autres couples d’amis qui se sont reproduits et qui viennent toujours aux soirées aussi ! Ça ce sont des gens bien !

Lorsque je regarde un certain nombre d’autres profils en comparaison, je ne vois que des gens qui s’oublient pour leurs enfants. Ces couples ne vivent plus que pour leur progéniture et je les trouve d’une tristesse sans fond. Je les trouve insipides. Ils me donnent juste l’impression que leur vie est ennuyeuse et routinière, pleine de contraintes.

Un peu d’humour british et childfree, pour finir, dans la série Utopia :

 

Sissi Piriou

Ceci est un blog de voyage, qui parle aussi d'écologie, de féminisme, de politique et de geekeries (réseaux sociaux principalement). Bavard et curieux, un peu foutraque on s'intéresse ici aussi au monde du travail (Gertrude Prout) ainsi qu'au développement personnel. Insatiable d'actualités et autres réflexions un peu allumées. Ma devise : ne prenez pas la vie trop au sérieux car de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant !

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. artemise dit :

    Bien que sois confrontée à vivre le deuil de la maternité non par choix je me retrouve quelque part dans vos propos. Ce désir d’enfant s’est construit à 2 et par chance malgré toutes les tempêtes nous sommes encore ensemble à redessiner notre vie sans enfant. Merci pour les liens 😉

  2. Lala Piriou dit :

    Complètement d’accord avec toi pour l’aspect routine !! Je suis actuellement entourée de collègues qui sont mères, et quand je les entends raconter qu’il faut déposer les enfants à la crèche/à l’école/au collège, qu’il faut faire les courses, les aider à choisir leur orientation pour les plus grands… l’idée d’avoir des enfants un jour semble soudain un peu effrayante ! Heureusement j’ai encore laaargement le temps d’y penser… quoique certaines copines de 24 ans crèvent déjà d’envie d’avoir des gosses… Oo c’est rare (heureusement ?!) et j’ai aussi des copines qui sont déjà certaines de ne pas vouloir d’enfants, d’autres que la grossesse dégoûtent… Vive la diversité !

    Pour en revenir à mes collègues qui sont mères, ce qui me rassure, ce sont celles qui racontent qu’elles partent 3 semaines en voyage aux USA ou en Irlande avec les enfants. Vu notre modèle familial, Sissi, je pensais que les enfants étaient une contrainte pour voyager, mais non, il y a des parents qui n’hésitent pas à les mettre dans les valises ! ça doit être fatiguant mais cool quand même, et ça doit ouvrir l’esprit des enfants.
    ça me rappelle que j’ai écouté jadis l’interview d’une famille globe-trotteuse (dans « Par Jupiter ! » je crois) : les parents avaient décidé d’emmener leurs enfants faire le tour du monde, je crois que lesdits enfants étaient scolarisés par correspondance, mais selon les parents la meilleure école c’était… le monde. Certes.

    Bref, moi j’ai toujours pensé que j’aurais des enfants un jour, et je le pense toujours, mais le plus taaaard possible !!! Vive la liberté !! Vive ta copine qui a eu une fille à 40 ans, elle prouve que c’est possible !
    Et je n’ai pas forcément envie d’avoir un.e enfant par voie naturelle. Vive l’adoption (pour tou.te.s) !

    Sinon, je ne veux pas te faire de concurrence mais il y a des sur le sujet à lire sur le site Rockie, avec une diversité de points de vue intéressante. En voici les titres :
    – « Et toi, tu t’y mets quand ? » Plaidoyer pour qu’on nous lâche l’utérus
    – J’ai 30 ans et pour l’instant, je ne veux pas d’enfant
    – J’aime ma fille mais je regrette d’être devenue mère
    – Pourquoi devenir mère a été la meilleure décision de ma vie

    • Sissi Piriou dit :

      Merci pour les liens Laaaa la la la lalaaaa 🙂 ! Je t’avais répondu mais ça n’avait pas marché on dirait. En effet, il y a plein de familles qui continuent à vivre même quand les enfants sont là ! Vive ces gens-là ! Je trouve ça épouvantable de se priver de voyages, de danse, de loisirs, pour des raisons autres que financières, quand les enfants sont là.

  3. Miss Avery dit :

    bon dieu que je suis d’accord ! je te félicite de le dire haut et fort !! je le dis mais je me prends des regards déplacés, des “tu verras plus tard”… tsss ca me désole un peu tout ca
    ravie de voir que je ne suis pas seule 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :