Le sens de la vie se trouve dans le lâcher prise

Connaissez-vous le sens de votre vie et savez-vous faire preuve de lâcher prise ? Comment ne plus se laisser emporter, envahir par la colère, les ruminations, les soucis quotidiens et le doute ? Que faire lorsqu’on ne parvient pas à obtenir ou à changer quelque chose ? Comment apprendre à relâcher la pression sur ce qu’on ne peut influencer, modifier, changer ? Et si le sens de la vie résidait dans notre capacité à lâcher prise ?

lâcher prise

Les Goudes, Marseille

Le texte magique du lâcher prise

Je n’ai pas trouvé de recette miracle pour lâcher prise. Néanmoins, j’ai découvert un petit texte, génial, que je relis souvent sur le sujet du lâcher prise :

“Le lâcher-prise ce n’est pas rien faire. Au contraire, c’est une action volontaire et dynamique. C’est continuer à agir sans s’inquiéter du résultat, s’occuper de l’avenir sans s’en préoccuper.

Lâcher prise, c’est renoncer à tout contrôler, c’est renoncer à prouver quoi que ce soit. C’est accepter que l’autre est l’autre et que moi-même, je suis qui je suis et non pas qui j’avais rêvé d’être.

Lâcher prise, c’est cesser de faire le procès de la vie qui ne nous donne pas ce que nous attendions. À partir du moment où l’on peut lâcher prise, où l’on ne désire plus être heureux à tout prix, on découvre que le bonheur, c’est cette capacité de garder les mains ouvertes plutôt  que de les laisser agrippées sur ce que nous croyons être indispensable.”

Je ne connais pas son véritable auteur, mais apprécie énormément la sagesse des paroles. Sa lecture me procure toujours un effet immédiat de relâchement, dans les moments les plus tendus de ma vie.

Le lâcher-prise, de la théorie à la pratique

Lâcher prise, c’est aussi accepter ses limites et intégrer le fait qu’on ne peut pas empêcher les autres d’être ce qu’ils sont. La seule chose que nous pouvons changer est notre perception d’une situation. En effet, notre capacité à être heureux ne dépend pas que des circonstances extérieures. Elles ne représentent même qu’une infime partie de ce qui compose notre bonheur ou notre malheur.

Il n’est pas toujours facile de se détacher des pensées parasites que l’on pensait pouvoir éviter. C’est pourquoi, à titre personnel, je reviens de plus en plus souvent vers la pleine conscience. Un exercice cousin de la méditation qui consiste à se concentrer sur l’instant présent et à le vivre à fond.

Quant à la méditation, dont on entend parler à tout bout de champ, elle peut-être accessible beaucoup plus rapidement qu’on ne le croit. On peut la pratiquer partout en fait, même 5 minutes, en se concentrant sur sa respiration (inspirations, expirations répétées, lentes, tranquilles).

N’étant pas une experte du sujet, je vous renvoie vers ces excellentes “baladodiffusions”, de passeportsante.net, dont on m’avait transmis le lien, à moi aussi. Sur un fond de musique douce, à peine troublée par le délicieux accent québécois des auteurs, laissez-vous aller…

(Méditer et bien plus) : https://www.passeportsante.net/fr/audiovideobalado/Balado.aspx

Et vous, à quel point avez-vous du mal à lâcher prise ? Ou au contraire, savez-vous le faire régulièrement ?

Sissi Piriou

Voyager curieux, c'est tout un programme. Ceci est un blog fou de voyages, qui explore le monde, ses cultures et bizarreries. Bavard, très curieux, et un peu foutraque.

4 réponses

  1. Thérèse dit :

    Bonne philosophie de vie!

    • Sissi dit :

      Oui elle est bonne à se rappeler régulièrement 😊

  2. Soleil Bleu dit :

    Pour enfin s’ouvrir aux autres et accéder à la paix et au bien-être total !
    A consommer sans modération !! 🙂

    • Sissi dit :

      Un an après, je relis encore et toujours ce texte (qui n’est pas de moi) régulièrement. A chaque fois que j’en ai besoin, j’ai l’impression qu’il me remet sur les rails. 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :