SCOP-TI Fralib, l’histoire d’une coopérative courageuse

Parce que j’ai suivi leur combat et que j’admire le courage, de même que le modèle coopératif, j’avais envie d’écrire depuis très longtemps sur eux : les créateurs de la SCOP-TI et sa marque de thé 1336 !

Pourquoi 1336 ? Il s’agit du nombre de jours de lutte menés contre Unilever !

scop-ti

Non seulement leur combat contre un géant de l’agro-alimentaire a été héroïque, mais en plus, le thé et les infusions qu’ils produisent sont bons, très très bons ! Ils n’utilisent pas d’arômes artificiels. Et pour les plus fervents zéro-déchettistes d’entre vous…la Scop-Ti n’enveloppe pas les sachets de thé mousseline dans ces ridicules sachets en plastique individuels, inutiles et polluants que l’on retrouve dans bien des marques de thé bio ou conventionnel ! Les sachets sont directement déposés dans la boîte.

Où peut-on acheter le thé 1336 ?

Scop-ti : points de vente en France

Liens en fin d’article

L’histoire de la Scop-Ti

Concentrons-nous sur leur histoire, que j’ai retranscrite ici, depuis l’émission Affaires sensibles, de Fabrice Drouelle :

Fralib à Gémenos, faisait partie d’Unilever qui possède de nombreuses marques de thé et de glaces (Lipton, Carte d’or, Miko, …), depuis 1972.
En 2010, malgré un CA de 44 millions d’euros, en augmentation, un plan social est annoncé par la direction. Alors même que des années auparavant, la direction avait fermé une usine au Havre, proposant aux ouvriers locaux de déménager à Géménos, à 1000 kms de là pour conserver leur emploi. On leur propose maintenant une relocalisation en Belgique ou en Pologne !

Une bataille juridique s’engage et les ouvriers occupent l’usine pour empêcher la direction de déménager les machines. L’idée d’une coopérative ouvrière naît parmi les employés, avant tout comme une bouée de sauvetage. L’occupation et la lutte qui s’engagent sont très médiatisées dans un contexte proche de l’élection présidentielle de 2012 . Le gouvernement en place (sous Xavier Bertrand), n’est, bien entendu, pas très friand de l’idée d’une coopérative, sans patron. Foutus libéraux à l’esprit étriqué !

Coopérative ouvrière et retour à une production de qualité

Au fil des années de lutte, l‘idée d’une coopérative ouvrière murît, en même temps que l’idée d’un retour à une production de meilleure qualité. En effet, avant les années 2000, l’usine utilisait des arômes naturels (pétales de rose, épices, poivre, zeste d’agrumes). Certains employés rêvent de revenir à production locale, engagée, à base de produits biologiques.

En effet, avant les années 2000, ils étaient une exception en matière de qualité (thé Éléphant, à l’époque). Cette production de qualité fut anéantie par Unilever en 2000, pour des questions de coûts, et pour des arômes artificiels.

Une lutte qui s’éternise

La justice est longue à trancher. Refus des plans sociaux proposés par Unilever, autorisation de licencier les salariés…

De tribunaux en cours d’appel, Unilever est sommé de présenter un quatrième plan de sauvegarde de l’emploi, en 2013, ou de négocier pour que ses employés reprennent l’entreprise. Après 1120 jours de lutte, le tribunal de Nanterre condamne Fralib à reprendre la procédure de licenciement des 182 salariés restants. Ces employés qui ont refusé le licenciement ou d’autres contrats ailleurs en France, à Dijon par exemple, sur le site d’Amora où se déroulait aussi un plan social. Reclassements et mutations avec des salaires dérisoires, bien sûr. La cour d’appel d’Aix-en-Provence parlait elle-même de propositions “non sérieuses”, soulignant par ailleurs que l’usine n’avait aucune réelle difficulté économique !

En plus d’enveloppes de soutien de 2 millions et 300 000 d’euros, Unilever infléchit sa position et propose de dédommager les employés à hauteur de 90 000 euros. Si un seul d’entre eux accepte, alors le projet de coopérative tombe à l’eau. Personne ne signe. Personne !!!

Il semblerait qu’Unilever ait sous-estimé la résistance des salariés, tout comme leurs compétences et capacités de résilience…

26 mai 2014 

Unilever accepte de signer un accord de fin de conflit, et verse une enveloppe de 19 millions d’euros pour le personnel et pour la création d’une société coopérative. SCOP-TI c’est parti !

Les jeunes détenteurs de la Scop-Ti doivent tout créer de A à Z : une marque, un packaging, redémarrer les machines arrêtées depuis 3 ans, réparer celles qui sont en panne, chercher des matières premières, des fournisseurs, obtenir des certifications, labels. 58 salariés deviennent coopérateurs.

La SCOP est née, et sans retour sur investissement pour ses actionnaires. C’est le principe. Chacun gagne 1500 euros par mois. Le chiffre d’affaires progresse, d’année en année, malgré une fragilité évidente liée à des problèmes de trésorerie.

Longue vie à la Scop-Ti !


  • Plus d’articles sur le travail…et les tabous ? C’est ici !
  • Trouver les points de vente du thé 1336
  • Acheter du thé 1336 en ligne : https://boutique.fraliberthe.fr/
  • Écouter l’émission de Fabrice Drouelle sur les Fralib :

Gertrude Prout

Une trentenaire très contrariée qui n’aime pas le travail et surtout les tabous liés au monde du travail ! Pas fana non plus du libéralisme ni du conformisme, ! Pestouilleries et mauvaise humeur ! Toi aussi t’es contrarié.e ? On parle volontiers de la crise de la quarantaine ou du démon de midi, mais les trentenaires sans enfants, qui en parle ? Qui parle de ceux qui après avoir obtenu leur(s) diplôme(s) et leur job n'ont rien fait comme tout le monde ? Ils sont partis au bout du monde, ou ont continué à faire la fête, se sont donnés à fond pour leurs activités...mais femme/homme/enfants/vaches/veaux/cochons...que nenni. Pourquoi donc ? Et si ils avaient raison ?

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Super enthousiasmante cette histoire 😀 C’est une nécessité de partager ces combats où des ‘petits’ ont gagné contre des gros bulldozers (merci à toi pour ça !) et je vais m’empresser d’aller fureter sur la boutique en ligne !

  2. La supérette près du bureau propose désormais du Earl Grey 1336 ! Très bon en effet !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :