Romantisme et coucheries

romantique

Maudite romantique

Je parle facilement de mon espoir de trouver l’amour ! Et face à cela, on m’a souvent dit :

“Tu es romantique “. Et ça m’énerve !

Si je prends la définition du mot « Romantisme », je trouve une définition …péjorative :

– Qui relève de la sentimentalité pure, d’une sensibilité exacerbée, qui offre les séductions de l’imaginaire, à l’opposé de la réalité prosaïque.

Si je prends la définition du mot « Romantique », cela donne :

– Qui manque de réalisme, qui fait prédominer le sentiment, l’idéal sur les considérations pratiques.

De nouveau, c’est péjoratif. Les définitions ci-dessus pour moi, sont plutôt celles qui correspondraient au mot Nunuche. De toute façon, je ne me considère pas comme une personne spécialement romantique. J’attends l’amour oui. Sans idée préconçue même s’il se doit d’être attentionné, tendre et gentil. Mais ça, c’est une attitude normale quand on est amoureux, on est tout cela au départ.

Romantisme ou coups d’un soir

Alors quoi ? Pourquoi me dit-on que je suis « romantique » ? Parce que les flirts en soirée ne me disent trop rien ? Ces chauds lapins suants et imbibés, en boîte, ça me donne pas envie. Les coups d’un soir, c’est vite déprimant, nan ? Attirance éclair, coucherie éclair, et hop, suivant.e ! Même pas le temps de se connaître un peu ! Quelle tristesse !

Moi je veux juste trouver un mec sincère et intelligent. Où est le manque de réalisme dans cela ?!

Sans compter que j’ai rencontré plein d’hommes romantiques ridicules ou qui utilisaient le romantisme juste pour coucher. Comme un leurre. A quoi cela sert-il ?

A quoi sert le petit dîner aux chandelles, les mots doux et tout le tintouin si l’intention est juste de coucher ? Pourquoi se donner autant de mal lorsqu’on sait qu’on ne veut qu’une nuit avec une personne ?

Ça sonne tellement faux !

Trop de romantisme tue

En revanche, je suis déjà tombée sur un Vrai romantique, qui m’a offert des fleurs, qui m’a fait une déclaration d’amour en ces termes.

– Je t’aime et je ne peux pas attendre plus longtemps pour te le dire…tu es si forte et si fragile à la fois…alors, oui, je sais, je suis maladroit, je ne mérite pas ton amour mais je t’en supplie…

Là, c’était carrément insupportable. Je ne me suis pas foutue de lui bien que pour un peu, j’aurais pu lui répondre : « Oh preux chevalier, relève toi, ne reste pas dans cette position humiliante…». On se la serait jouée moyenâgeuse…

Mais je ne me moque pas de lui. Non non non, pas du tout. Il trouvera peut-être quelqu’un qui aime ça…hum.

Je suis une sensible. J’ai besoin de temps, de me sentir en sécurité. Je ne comprends pas comment on peut trouver ça fun l’accumulation de coups d’un soir. Je trouve ça glauque, super froid. Coucher avec quelqu’un c’est quand même très intime.

Où est le plaisir à sauter sur tout ce qui bouge ?

Plus d’articles Amour, gloire et beauté ? C’est ici.

5 réflexions sur “Romantisme et coucheries”

  1. Quel mal à faire prédominer les sentiments et l’idéal sur les considérations pratiques ? Il n’y a rien de péjoratif la dedans au contraire….Je dois vraiment être trop romantique…;=(

    • Mais non Funny Valentine, rien de trop romantique là-dedans, cependant, j’ai souvent vu le romantisme détourné à des fins douteuses, chez certains garçons. Alors je me méfie, tant que rien de sérieux se profile à l’horizon. En revanche, qu’entends-tu par considérations pratiques? Un passage de l’article ou fais-tu référence à autre chose?  

  2.    Bonjour Farfalle ^^. !   Comme je me reconnais, dans cet article !   La nuance, entre ce que tu dis et ce que je vis, est la suivante : on ne dit pas de moi que je suis romantique, mais que je suis une personne exigeante et dure.   Mais bon… Il vaut mieux savoir ce qu’on veut et recherche, que de dire “oui” au premier venu, pour s’en mordre les doigts jusqu’au sang par la suite, non ?   Bonne continuation, j’attends le prochain article avec impatience !

  3. “Si je prends la définition du mot “Romantique”, cela donne:- Qui manque de réalisme, qui fait prédominer le sentiment, l’idéal sur les considérations pratiques.”Le sentiment, l’idéal me semblent bien plus rééls et réalistes que les “considérations pratiques” et ils l’emportent sur elles. La réalité de l’être ce n’est pas ce qu’il fait ou ce qu’il a, ni même ce qu’il dit où ce qu’il écrit, non plus ce qu’il pense, seulement ce qu’il ressens. Derrière le faux romantisme, le faux amour. C’est le mensonge qui est condamnable. Pour éviter de mentir et surtout de se mentir, ce qui est encore plus courant, je crois qu’il faut accorder toute sa place à l’intuition pour être le guide de nos actions. L’intuition, le ressenti comme guide pour être soi hors des contraintes pratiques qui elles pourront d’une manière ou d’une autre être surmontées alors que la réalité de ce que l’on ressent il est impossible de la changer quand bien même par la pensée on tente de la faire évoluer.L’Amour s’impose, il est ou n’est pas, ce qu’il n’est pas c’est une construction.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.