Quitter Facebook ou commencer sa dé-gafamisation

Après avoir commencé à utiliser une messagerie payante (adieu progressif à gmail), à naviguer sur le Web avec Qwant et Lilo au lieu de Google, c’est décidé, je quitte progressivement Facebook. Marre d’être toujours scotchée dessus. Marre de la place que cela prend dans ma vie. Sans parler du non-respect dont ce réseau social fait preuve à notre égard : collecte et revente de données, surveillance, fausses suggestions de vos contacts.

Facebook

http://www.pictorem.com/profile/Pawel.Kuczynski

Un condensé d’informations

Mon principal problème, c’est que j’utilise Facebook depuis des années comme un agrégateur d’informations sur plein de sujets (politique, écologie, féminisme). C’est devenu mon principal centre d’intérêt sur ce réseau social. Il me permet d’échanger sur des sujets précis, dans des groupes super intéressants. J’y apprends et j’y découvre plein de sites, de sources d’informations, de citations, de vidéos, de gens.

Je sens que je vais avoir du mal à retrouver ce condensé, ce format court, très pratique et rapide d’informations diverses, percutantes, ailleurs. Néanmoins, je pense que ça va me faire du bien de me dé-facebooker.

Lever le pied de l’accélérateur

En apprendre moins, moins vite sur plein de choses. Prendre le temps de parcourir un site Web, par exemple celui des économistes atterrés, plutôt que de bénéficier des posts tout cuits livrés par leur page Facebook. Même si ce qui est craignos, c’est que sur un site Web, par exemple celui de la famille Zéro déchet, je ne verrai pas les articles très pertinents qu’ils relayaient via leur page Facebook. Ah la richesse des données trouvées sur fessbouc. Il nous a bien eu quand même Zuckenberg !

GAFAM

J’essaie de trouver une alternative à l’agrégation d’informations que me fournissait le célèbre réseau social. Par exemple, utiliser Netvibes pour agréger les flux RSS des sites Web, à l’origine des pages Facebook que je consultais. Je teste cette méthode en ce moment et je dois dire que ce n’est pas très concluant. Ah, la lenteur de chargement des informations, alors que je pourrais les avoir sur Facebook. Puis ce n’est pas très convivial Netvibes :/

Quant à persuader tout ce beau monde de déménager ou de publier simultanément sur Framasphère (Diaspora) et Facebook, c’est loin d’être gagné. On trouve déjà beaucoup de contenus intéressants sur Framasphère…et Mastodon mais il est bien dommage qu’ils ne soient pas plus nombreux à avoir franchi le pas de faire une double-publication, sur Framasphère et sur Facebook, comme le fait Mr. Mondialisation.

Vous aussi vous souhaitez quitter Facebook et tout supprimer sur votre passage ? C’est par ici !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.