Étude sociologique du sud-est ou de la faune dans les Alpes-Maritimes

sud-estLe sud-est, le 06, ce département où malgré le soleil et la mer, les délicieuses parts de pizza al taglio, il fait plutôt béton bon de vivre…

Ahhh, le doux chant des klaxons pour se rendre à Sophia-Antipolis le matin, les automobilistes agressifs, dont une bonne partie se sent invincible du haut de son 4-4 brillant ! Ah cette côte bétonnée le long de laquelle il faut se balader un bail avant de trouver quelques coins sauvages ou préservés. Ah la difficulté à se loger parce que beaucoup de gens ne louent que 9 mois de l’année dans le sud-est.

La faune du 06 me paraît absolument illogique.

1/ Quand on est là pour le travail, on côtoie peu de gens du cru. Passons sur la réputation exécrable des locaux (sans généraliser non plus). Donc nous avons un beau melting-pot des quatre coins de la France et du monde. On devrait en toute logique avoir une certaine proportion de gens sympas, ouverts (???). Ben non, ou si peu. Pour avoir discuté plusieurs fois de l’attitude “des gens du sud-est” avec différentes personnes, j’ai entendu dire que l’incivilité/l’individualisme/la bizarrerie de tous ces parachutés du travail venait du fait qu’ils ont eux-même expérimenté la connerie crasse des gens qui étaient là avant eux, et que, suite à cette expérience fort désagréable, ils s’étaient eux-même mis à haïr le tout venant. Moui, c’est un peu facile quand même, non ?

On m’a aussi dit que c’était tout plein d’anciens parisiens. Et quand on voit tout le mal qu’on dit des parisiens, certes, on peut être tenté.e de conclure méchamment. Mais on ne va pas s’abaisser à cela. N’oublions pas que de vrais parisiens, quand on vit à Paris, on n’en rencontre fort peu. D’ailleurs qu’est-ce qu’un “vrai” parisien ? J’ai vécu à Paris et n’ai pas eu à me plaindre des gens.

Ce qui est sûr c’est que le sud-est fourmille de retraités qui finiront leur vie là et de gens comme moi qui repartiront, dégoûtés, après quelques années. Alors qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

Mystère…

Tu vas sur OVS… c’est mort, la moyenne d’âge tourne autour de 45-50 ans. Je ne veux pas faire du jeunisme mais quand on a la trentaine, c’est dur à avaler de ne rencontrer que plus vieux que soi.

Tu veux rejoindre quelques connaissances sur Nice pour passer une soirée ? Nan mais attends, déjà tu ne peux pas te garer, repartir en train tard le soir est déconseillé. Et d’ailleurs, tu en as beaucoup des connaissances qui t’invitent sur Nice ? Ben non.

Parce que les liens sont su-per-fi-ciels ! Tu peux rencontrer plein de monde mais créer de vraies relations…faut pas rêver oh attends…on est sur la French Riviera ! C’est select ici !

Bon on va essayer les vrais niçois (enfin c’est eux qui se définissent comme ça) alors. Tu rencontres deux ou trois personnes que tu trouves très sympathiques. Du coup, tu les rappelles, tu leur proposes un verre, une sortie, un cinéma. Ah sauf qu’en fait on ne se reverra pas. JAMAIS. Ils te mettront 36 000 likes sur Facebook mais dans la réalité, tu ne les reverras pas ! C’était juste comme ça.

Next… les associations.

Là, ça s’améliore un peu, mais il faut creuser un moment pour en trouver une chaleureuse avec des gens accueillants et sympathiques.

J’en viens à tellement à mépriser cet endroit que les inondations m’ont laissée de marbre.


D’autres articles sur le thème du voyage ou de la vie ailleurs  :


Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 France.

Une réponse à “Étude sociologique du sud-est ou de la faune dans les Alpes-Maritimes”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.