Football ou l’étrangeté de ce monde de footeux

La dictature du football

La semaine dernière, au travail, mon chef nous a fait suivre un email sur les paris, pour la coupe du monde de football. Je suis peu sensible aux charmes du ballon rond et cet acte anodin de sa part m’a frappée. Pourquoi ? Parce c’était pareil il y a 2 ans, dans mon précédent poste de travail.

Football : l'étrangeté de ce monde de footeux

On m’encourageait à participer aux pronostics sur les matchs de la coupe d’Europe (?). C’était d’autant plus agaçant que le référentiel bondissant, généralement masculin, m’indifférait au plus haut point. Un bon collègue, habituellement très gentleman, s’agaçait de mon refus discret de participer et me le faisait savoir (réflexions, regards).

L’enthousiasme généré par le début de la coupe du monde MASCULINE m’a juste paru… étrange. C’était un peu comme si je regardais la situation de très loin. C’était comme si j’étais une spectatrice extérieure de cet événement et de l’engouement qu’il suscitait. Les images et souvenirs accumulés depuis l’enfance, circulaient dans ma tête, sans le son…

Football et voyage dans le passé…

Le foot, la liesse populaire liée au foot. Les autocollants panini avec des photographies de footballeurs dans les sucreries, quand on était enfant. Les fois où j’ai suivi des copains dans des bars pour voir des matchs de foot, alors que j’étais là pour la bière et les copains. La sensation, lorsque j’étais jeune adulte, que feindre de m’intéresser aux matchs de foot m’aiderait à me faire accepter par certains hommes. Cette sensation très ancienne de monter dans l’estime de ces hommes-là si je faisais semblant d’aimer le foot. Comme si cet intérêt factice me rendait soudain sportive, dynamique, digne d’intérêt, pas la simple fifille-qui-aime-le-shopping ou celle qui parle de féminisme et est forcément chiante. Aimer le foot c’est valorisé, aimer le shopping, c’est comme beaucoup de clichés qui collent à la peau des femmes. C’est toujours considéré avec une légère condescendance…

Je suis sortie de ma réflexion en me répétant que tout cela était ridicule, incroyablement ridicule. Que des gens se réjouissent et festoient lors de cet événement, c’est très bien. Mais personnellement, en tant que femme, qui vit dans un monde, toujours conçu et dirigé majoritairement par des hommes, entrés en religion avec le football, c’est lourd. On doit adhérer à ces joies d’hommes. Mais dites-moi à quel moment de l’année la terre s’arrête-t-elle de tourner pour des joies de femmes ?

Sport et femmes

Je trouve ça vraiment bizarre qu’en 2018, nous n’ayons pas l’équivalent féminin ! Si on appuyait sur STOP et qu’on redémarrait la machine humaine. Si on effaçait toutes les inégalités hommes-femmes crées depuis des milliers d’années, quel serait le sport très populaire chez les femmes ? Quel sport les ferait se lever tôt, le dimanche matin, pour rejoindre les copines sur un terrain ou dans une salle ? Quelle athlète féminine serait la fierté des femmes, les entraînerait à lancer des paris au bureau, les ferait klaxonner et crier à tue-tête, un peu ivres, dans les rues ? Quel sport ? Le rugby, le tennis, le handball, l’escrime, le foot ?

L’absence d’un sport populaire, fédérateur, adoré des femmes, qui les rassemble dans les bars, comme c’est le cas pour les hommes, c’est triste quand on y pense, vous ne trouvez pas ? Pour en revenir au foot, nos footballeuses françaises ont un excellent niveau, un excellent jeu. Elles sont loin des magouilles et de l’indécence générées par le fric du football masculin. Pourtant, on les valorise peu nos joueuses de football.  Qu’elles passent toujours au second plan, c’est un gâchis incroyable ! o_O

Je trouve ça très étrange qu’on en soit encore là en 2018 ! Et je trouve ça encore plus étrange que Lapix ait dû s’excuser après avoir ironisé sur le foot durant un JT !


Plus d’articles sur le féminisme ? C’est par ici !


Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 France.

Sissi Piriou

Ceci est un blog de voyage, qui parle aussi d'écologie, de féminisme, de politique et de geekeries (réseaux sociaux principalement). Bavard et curieux, un peu foutraque on s'intéresse ici aussi au monde du travail (Gertrude Prout) ainsi qu'au développement personnel. Insatiable d'actualités et autres réflexions un peu allumées. Ma devise : ne prenez pas la vie trop au sérieux car de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant !

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. chenillenvol dit :

    Tellement vrai.

    • Sissi Piriou dit :

      C’est la coupe du monde foot des femmes en ce moment ! Sortons dans les rues, allons roter nos bières dans les bistrots !

  2. Le féminisme en oeuvres dit :

    excellent ! C’est vrai que le foot me fatigue, voire, me désole, et j’aimerais juste changer de planète pendant les coupes du monde / d’Europe de foot. Je n’avais jamais envisagé que nous aussi, en tant que femmes, nous pourrions avoir un sport qui nous fasse vivre la même joie qu’ont les supporters de foot, et je suis un peu triste de me dire que nous ne connaîtrons jamais ça…

    • Sissi Piriou dit :

      Je vois ces derniers temps que le foot féminin est un peu plus cité par les médias (en ces temps de coupe du monde féminine). Ça me donne envie de regarder, par principe, avec une bière devant moi, dans un bar, avec des copines. Même si je suis plutôt rugby.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :