Le fléau du viol et sa désespérante banalité

J’ai la chance de ne jamais avoir été victime de viol.

viol

Entendre dire que 1 femme sur 5 a été violée m’a toujours laissée perplexe. Vous vous imaginez en tant que femme, dans le bus, dans le wagon d’un train, dans une file d’attente, à regarder les autres femmes et à vous dire qu’elles ont été plusieurs à subir ce crime…

Personnellement, j’ai du mal à y croire, même si les statistiques sont sûrement proches de la réalité voire exactes.

Good girl et la culture du viol

Bien que déjà intéressée par le féminisme et féministe légèrement pratiquante, mon oreille s’est laissée charmer, il y a quelques mois par Good Girl de Robin Thicke. L’air est franchement sympa et entraînant. Les paroles, elles, le sont moins :

“Fais-le comme si ça faisait mal”, “Je sais que tu aimes ça”…

Puis j’ai visionné le clip “officiel” et le clip “censuré”…j’étais moyennement choquée. On est tellement habitués à voir des corps de femmes à demi-nues partout pour retenir l’attention, chauffer l’atmosphère. La féministe en moi trouve ça lassant, dangereux. La fille de la génération Y est juste Blasée…

Mais on en revient toujours au même point. Dans les médias, le corps de la femme est instrumentalisé, c’est un objet de jouissance, elle est aguicheuse par nature, elle est toujours d’accord. Le viol, ils ne connaissent pas.

Parodies et ripostes géniales

Les ripostes comme les parodies suivantes font du bien à voir. Puisque les féministes qui râlent, dénoncent, ne font, la plupart du temps qu’agacer l’opinion publique au même titre que les écolos. Misons sur l’information par le divertissement :

Nous avons peu de chances de faire interdire l’instrumentalisation du corps de la femme, alors répliquons systématiquement avec une version masculine de ces mises en scène grotesques. Ci-dessous (il faut se connecter à Youtube et confirmer qu’on est en âge de regarder), on rit bien :

Mais tout ceci ne résout pas le problème du viol,qui ne touche pas (tant mieux dans un sens) que les femmes.

Je connais un violeur

Un tumblr rassemble les témoignages anonymes de victimes de viol excellente. Excellente initiative, d’utilité publique (car…que fait la police ???). À la lecture dudit tumblr, jusqu’à 5h du matin,  je suis restée coite, bouche bée, sidérée, choquée :

Je connais un violeur

La banalité des situations dans lesquelles des gens se font violer, … en couple, en famille, entre potes… c’est juste EFFARANT.

Là, j’ai commencé à repenser à des conversations que j’ai eu, adolescente, jeune adulte avec des potes, qui avaient vécu ce crime. Pour moi, ils restaient toujours “l’exception”, la faute à pas de chance. Pire, j’avais de légers doutes sur ce qu’ils disaient. Puis j’en ai parlé récemment à des copines et là certaines m’ont dit : “ça m’est arrivé…”. Et là, de nouveau je suis restée sans voix.

C’est un authentique fléau qu’on pourrait pourtant contrer, très tôt à l’école, par l’information. Par des campagnes de prévention régulières, au moins aussi régulières que les campagnes contre la violence conjugale. Ce sujet pourrait lui-même faire l’objet de plus de bruit, autant que la prévention routière.

Mais lorsqu’une de mes copines publie une pétition sur Facebook appelant les gens à réclamer une meilleur assistance aux victimes de la part des autorités, il n’y a que des gros cons ignares pour répondre par un “???”.

Et les autres ? Ben ils pensent que ça ne sert à rien… ils ont autre chose à faire… puis les femmes, c’est souvent leur faute quand même, hein…

  • Plus d’articles parlant de féminisme ici

2 réflexions sur “Le fléau du viol et sa désespérante banalité”

  1. bon billet! assistance aux victimes, et urgemment éducations de notre jeunesse… génération Y, génération passive et aquaboniste, blasée… une cata… lire l’ère du vide, gilles lipovetsky narcisse ou la stratégie du vide quoi…  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.