Faire du HelpX en Australie : Une Bonne Expérience ?

Vous aimeriez faire du HelpX (Help Exchange) en Australie et vous cherchez quelques retours d’expérience ? Blog trotteuse invétérée, je suis partie quelques mois au pays des kangourous et des koalas. Je savais d’avance qu’il était plus compliqué de trouver du travail en Australie depuis quelques années, même dans le fruit picking ! La cause principale : trop de backpackers là-bas et donc trop de concurrence ! J’avais mis de l’argent de côté et souhaitais, de toute façon, vivre une expérience différente que celle d’un travail salarié. C’est ainsi que je me suis lancée dans le HelpX…

Faire du HelpX en Australie : peut-on faire du HelpX avec un visa de touriste ?

La réponse est oui. Les employeurs en HelpX se fichent de savoir que vous êtes là avec un permis Vacances-Travail (WHV) ou un simple visa de touriste. Cependant, mieux vaut une entente préalable sur la durée de votre séjour, avec la personne pour laquelle vous travaillez.

Qu’est-ce que le HelpX exactement ?

Le HelpX ou Help Exchange se rapproche du wwoofing (World-Wide Opportunities on Organic Farms).

La différence réside dans le fait qu’en wwoofing, vous travaillez principalement dans des champs ou dans des fermes. On peut très bien, par exemple, faire du wwoofing en Australie pour s’occuper d’animaux, par exemple de chevaux.

Le Help Exchange, lui, est né en 2001 sous l’impulsion de Rob Prince, un Anglais, qui a voyagé plusieurs années en Australie et Nouvelle-Zélande. Au cours de ses pérégrinations, il a travaillé dans différents endroits (fermes, auberges de jeunesse) en échange du gîte et du couvert. Il a réalisé que beaucoup d’autres backpackers recherchaient ce type d’échange, via Internet. C’est ainsi qu’il a développé www.helpx.net

Ce site met en lien les hôtes et les backpackers. On peut consulter les missions, librement sans s’être enregistré.

En revanche, pour obtenir les coordonnées d’un hôte et les avis détaillés des backpackers sur un lieu, il faut être un membre premium. Cela signifie qu’il faut s’être enregistré sur le site et avoir payé 20 euros. Cette adhésion vous permet aussi d’être contacté ! Certains hôtes exigent que vous possédiez un Working Holiday Visa pour travailler, mais dans les faits, ce n’est pas le cas partout.

Vous pouvez faire la même chose sur le site https://www.workaway.info !

Faire du HelpX en Australie : comment fonctionne le HelpX ?

Étant donné qu’il peut être difficile de travailler en Australie, le HelpX séduira plus d’une personne.

Les hôtes vous demandent en général de travailler pour eux entre 3 h et 6 h par jour. En échange, ils vous logent et vous nourrissent.

Les missions que vous effectuez pour vos hôtes peuvent être très variées et il y en a pour tous les goûts.

Vous pouvez travailler dans une ferme, où vous récoltez des fruits et des légumes, à moins que vous vous occupiez d’animaux. Vous pouvez travailler dans un camping, ou pour des particuliers. J’ai connu une backapckeuse qui intégrait une mission de HelpX pour donner des cours de français à une vieille dame, à Noosa. Bref, tout est possible.

Faire du HelpX en Australie : mon avis sur ma propre expérience

Voici mon expérience en HelpX, et mes conseils, si d’aventure vous souhaitez vous aussi essayer ce type de “contrat”.

J’ai travaillé en HelpX dans un camping du New South Wales, en Australie. Ce camping était situé dans un coin paumé, en face d’une magnifique plage !

Je travaillais en moyenne 4 à 5 heures par jour. Nous travaillions généralement à nos tâches en binôme. C’est ainsi que nous faisions tous les matins le ménage dans les sanitaires du camping, avec une copine. L’ambiance était très relax.

Petit plus : le propriétaire du camping n’achetait que des produits naturels pour faire le ménage.

Tâches en HelpX dans un camping

En tant que backpackers en HelpX, nous étions chargés, à tour de rôle, de préparer le repas du midi, pour le reste de l’équipe (6 personnes, dans notre cas. Nous nous occupions également d’élaborer le menu et la tambouille du soir. Nous préparions les plats pour 10 personnes minimum : le propriétaire du camping lui-même, les réceptionnistes, un ou deux employés, et nous, les backpackers.

Le propriétaire du camping achetait tout ce que nous souhaitions, en terme de nourriture, et nous nous sommes préparé de sacrés gueuletons 🙂 !

Petit plus : nous avons pu goûter une cuisine venant des 4 coins du monde (Chine, Hollande, États-Unis), puisque nous nous relayions dans ladite cuisine, entre backpackers étrangers. On mangeait vraiment très très bien !

Plus ponctuellement, nous étions chargés de nettoyer des dortoirs (aspirateur, nettoyage des sanitaires, aération des locaux, changement des draps) destinés aux groupes de voyageurs. Nous avons aussi dû, parfois, nettoyer des emplacements de camping, couper des racines qui pouvaient gêner les vacanciers. Bref, des tâches variées. Le temps passait vite.

Le gîte et le couvert en HelpX au camping

Nous logions dans une zone réservée aux backpackers et réceptionnistes du camping. Nous pouvions occuper, au choix, des caravanes, par deux, ou dormir dans des dortoirs classiques.

Australie : mission HelpX dans le NSW

La caravane où je logeais avec une copine, au camping…

 

Les avantages de mon expérience en HelpX en Australie

Apprendre à surfer

Grâce au HelpX, j’ai appris à surfer !

Nos hôtes nous prêtaient des planches de surf et combinaisons pour aller surfer. Les plus courageux d’entre nous surfaient le matin à 6 h 30, heure à laquelle les vagues étaient les plus belles ! Nous allions aussi surfer l’après-midi lorsque les vagues étaient bonnes 🙂

La plage était immense et se prêtait aussi à de longues balades !

Plage du NSW en Australie

Camarade backpackeuse chinoise : 2 h de marche le long de la magnifique plage.

Quelques bonnes soirées arrosées au coin du feu

On se ravitaillait, de temps à autre, en bières dans la ville d’à côté, pour faire quelques apéros improvisés, près du feu, avec les vacanciers ou sous la lune, face à la mer.

Australie : mission HelpX dans le NSW

Quelques soirées bien arrosées au camping, au bord de la mer

Petit bémol à mon expérience en HelpX : l’ambiance avec certains backpackers

L’ambiance peut varier selon le nombre de HelpXeurs présents.

Quand on est nombreux, c’est très agréable et festif ! On est sûr d’établir quelques relations sympathiques, en fonction de ses affinités et de la personnalité de chacun.

En plus petit comité, dans un coin paumé, hélas, ça peut être parfois ennuyeux ou déclencher quelques tensions. Tout dépend du groupe.

C’est ainsi que j’ai aussi connu une Française n’avait rien d’autre à faire, pendant les heures de travail, que de vérifier comment les autres avançaient dans leurs tâches. Certains ont décidément du mal à assimiler ce que signifie l’expression “travailler en bonne intelligence“. Elle s’imaginait que les autres fournissaient moins d’efforts qu’elle. Vous imaginez la mentalité, quand on travaille à temps partiel, sans contrat de travail ni de véritable chef ??? Quelle tristesse de penser ainsi…

Alors si vous aussi vous croisez une telle personne, n’hésitez pas. Dites-lui : “Détends-toi chéri, on veut tous bien faire ici, alors mêle-toi de tes affaires !!!”.

Voici ce qui m’a conduit, d’ailleurs, à lister tout ce que j’avais adoré ou détesté en Australie 🙂 !

J’ai ensuite poursuivi ma route vers les magnifiques Blue Mountains dont je garde un souvenir ébahi. Elles sont hélas actuellement en proie aux flammes…

Et vous, êtes-vous allé en Australie ? N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires.

Sissi

Voyager curieux, c'est tout un programme. Ceci est un blog fou de voyages, qui explore le monde, ses cultures et bizarreries. Bavard, très curieux, et un peu foutraque.

4 réponses

  1. La Gauffre dit :

    Hey coucou 🙂 Franchement ça a dû être une super expérience ! Bon pour les français à l’autre bout du monde, ce sont des français quoi :/ C’est pour ça que je fuis les endroits touristiques à l’étranger, comme ça on en croise aucun ^^’ Bises

    • Sissi Piriou dit :

      Oui c’était très sympa (surtout les Blue Mountains). Mon voyage comportait l’Australie et la Nouvelle-Zélande. L’Australie m’attirait beaucoup moins (je ne sais pas pourquoi) alors qu’il y a une grande diversité de paysages, et leurs villes sont très agréables. Quant aux français, …ils sont partout en Australie (c’est fou :D) et pourtant, il paraît qu’il y a plus d’allemands que de français, là-bas 🙂

  1. […] me suis essayé au surf en Australie. L’apprentissage, en 15 jours, a été plus long et plus compliqué que pour le paddle. Je […]

  2. […] aimeriez y passer quelques mois ? J’y ai passé quelques mois mois, après mon séjour en Australie. Voici mon itinéraire, ponctué d’anecdotes et d’idées pour se loger ! Par certains […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :