Écosse : les incontournables d’Édimbourg

L’Écosse, ou encore mieux sa capitale vous fait rêver ? Vous recherchez quelques bonnes adresses ? Des activités originales, dynamiques ? Ci-dessous vous trouverez ma sélection des meilleurs pubs d’Édimbourg, ainsi que les nombreuses bâtiments et lieux gratuits/payants, passionnants à visiter, le tout dans un écrin de verdure ! C’est parti !

Visiter les pubs à Édimbourg !

Édimbourg, c’est une ville de pubs, où il fait bon de s’arrêter, entre deux visites, pour boire une bonne bière fraîche ou une tasse de thé (avec le petit doigt levé). Chaque pub a sa personnalité, avec sa  décoration, excentrique et inimitable. Allez donc vous réchauffer autour d’une bière, dans la chaleur humaine écossaise et bienfaisante.

Pubs d'Édimbourg : The Villager

#1 : The Last Drop (Grassmarket) : comme son nom l’indique, pour boire un dernier coup, à Grassmarket.
#2 : The Beehive Inn (Grassmarket) : pour voir la ville depuis son épicentre, regarder un match sur écran géant, ou encore observer les passants, sur la terrasse, dehors.

Pubs d'Édimbourg : le Beehive Inn
#3 : The Jolly Judge (7 James Court, Lawnmarket) : intimiste et chaleureux, plongez dans le secret d’un adorable petit bar, dans un tout aussi adorable petit square.
#4 : The King’s Wark, où échouer après une très agréable balade sur le port. Bières et snacks délicieux !
#5 : Finnegan’s Wake (Victoria Street) : pour écouter de la musique live tous les soirs, devant une bonne soupe aux lentilles.

Vous cherchez un bar à sofas ?

Foncez à Under the Stairs (3A Merchant Street), à deux pas de Greyfriars Bobby, le chien et le cimetière. À l’abri du temps qui passe, vous pourrez y déguster bière ou thé, accompagné d’excellents petits gâteaux. Cosy seating et adorables théières, en sous-sol comme son nom l’indique, près du Divino !

Pubs d'Édimbourg : Under the Stairs

Cosy seating!

Greyfriars Bobby – De ce que j’ai pu voir, le Greyfriars Bobby met lui aussi à disposition de moelleux canapés et banquettes où on peut s’enfoncer, et oublier le bourdonnement de la ville !

Mais qui est Bobby ?

Un chien attachant qui, à la mort de son maître continua à se rendre tous les jours à la gare, comme auparavant, pour l’accueillir, à son retour du travail. N’oubliez pas de toucher la truffe dorée de Bobby et de faire un vœu. Il porte bonheur, paraît-il.

Pubs d'Édimbourg : Greyfriars Bobby!

Que faire à Édimbourg ?

Si vous aimez les pubs comme moi, et la littérature, si vous avez soif de culture écossaise, pensez à réserver un tour au Edinburgh Literary Pub Tour.

Un tour, que dis-je, une balade théâtrale, entre vieille ville d’Édimbourg et nouvelle ville, dans certains des plus anciens pubs de la capitale, agrémentée d’histoire et d’anecdotes sur les écrivains écossais les plus célèbres. Vous en apprendrez plus, notamment, sur l’illustre Mary Stopes.

Qui est Mary Stopes ?

Mary Stopes, une écrivaine écossaise, mais aussi paléobatoaniste, militante pour le droit des femmes, l’accès à la contraception, mais…aussi eugéniste. Elle a notamment écrit Married Love (l’amour conjugual), revendiquant le droit des femmes au plaisir sexuel.

Si vous êtes vraiment de grands fans de littérature, visitez donc dès le lendemain le Writer’s Museum.

Pubs d'Edimbourg et littérature : Edinburgh Literary Pub Tour

 

Visites gratuites à Édimbourg

Voulez-vous voir la mer ?

Arrêtez-vous, en bus, au port d’Édimbourg (Bernard Street). Une petite balade sympathique, pour ceux qui aiment s’éloigner du centre-ville.

Envie de plage ? Rendez-vous à Portobello Beach ! Une eau moins froide que ce à quoi on pourrait s’attendre ! Enfin, cela dépend d’où vous venez, breton, alsacien, niçois ou basque. Chacun a une opinion différente sur la chose !

 Une envie de parcs ?

Le Royal Botanic Garden

Édimbourg, c’est aussi de la verdure à volonté. Prenez le bus, depuis le centre, direction le Royal Botanic Garden, un des plus grands jardins d’Europe. 70 hectares de tranquillité, des écureuils et vénérables arbres.

La coulée vert, Princes Street Garden

Elle se situe sur Princes Street, à quelques minutes à pied de Grassmarket.

Dean’s Village

A l’est de la ville, une plongée dans un petit village mignon, loin du brouhaha ambiant. Vous pourrez rejoindre la ville via une longue balade le long du canal.

Harry Potter

Pour les fous d’Harry Potter, rendez-vous directement à Victoria Street, la rue la plus colorée ! Vous trouverez des boutiques en lien avec votre magicien préféré dans cette même rue !

Si vous souhaitez poser vos fesses sur les traces de celles de J.K. Rowling, rendez-vous à The Elephant House (21, George IV Bridge), là où elle écrivait.

Musée national d’Écosse (gratuit)

Allez donc faire un tour au National Museum of Scotland. Prévoyez d’y passer les 3/4 de votre journée. Il est immense et on y découvre plein de choses, sur l’histoire de l’Écosse, les écossais, la nature et plein d’autres découvertes !

Exposition de peintures

Gratuite également, la Scottish National Portrait Gallery où vous pourrez vous oublier quelques heures devant les photographies d’artistes qui planaient, sans aucun doute. En plus terre à terre, vous verrez aussi des peintures de gens du passé.

Le parlement écossais

La visite du parlement est gratuite. Joli bâtiment, mélange sobre de bois et de verre. Je n’ai pas eu la chance de voir les parlementaires au travail, ils étaient en recess (pause pour une durée déterminée, généralement en semaines ou mois).

Holyrood Park

Un parc pour faire un footing, laisser son chien se défouler ou encore se mettre en condition, avant de monter jusqu’à Arthur’s Seat. Ce parc est situé près de Holyroodhouse (le palais royal, où la famille royale se rend parfois), comme son nom le laisse supposer.

Holyrood Palace

Un palais construit à la fin du XVe siècle et proclamé ensuite résidence royale officielle des rois d’Écosse. Il renferme entre autre la tragique histoire de Mary Stuart, Queen of Scots. Et une magnifique vue sur un parc, conduisant à Arthur’s Seat. Penser à réserver son billet ici pour payer dans votre devise et ne pas vous embêter à faire la queue pour entrer.

Je souhaitais ardemment visiter ce palais. Manque de chance, le jour où nous nous y sommes rendues, avec ma pote résidant à Édimbourg, ce n’était pas possible. Elizabeth II allait arriver d’une minute à l’autre. Véridique !

Quand tu croises Elizabeth II, par hasard…

Nous voulions donc visiter le palace avec une copine. Malheureusement, nous vîmes dans l’enceinte les grands soldats en rouge avec les chapeaux noirs à poals. Nous comprîmes qu’il y avait baleine sous gravillon, Elizaboeuf 2 sous chapeau.

Édimbourg : la reine à Holyroodhouse

En continuant à faire le tour, nous aperçûmes des policiers et des barrières. Le message était clair, la reine allait arriver, d’une minute à l’autre. Nous fûmes donc une dizaine de touristes frustrés à accueillir sa majesté Elizaboeuf 2, un dimanche midi, avec nos appareils photo. Très amusant. Je fus étonnée de voir que le comité d’accueil, côté policiers, ait été aussi restreint. J’ai dénombré 4 ou 5 policiers. Une voiture devant, une autre derrière celle de la reine d’Angleterre, peut-être. Ceci dit, qui voudrait s’en prendre à une vieille femme de 93 ans ?

Edimbourg : arrivée de la reine à Holyroodhouse

Hasard ou bon karma, nous trouvâmes ensuite 25 livres par terre. Ou était-ce Elizabeth, semant ses billets par la fenêtre ? Cet heureux hasard nous permit de nous payer un passage dans un super salon de thé. Repas du midi/thé et petits gâteaux à Clarinda’s Tea Room (69 Canongate).

Vous avez mangé les douceurs de Tata Clarinda et souhaitez vous dépenser un peu  ? RDV à Holyrood Park, pour monter sur Arthur’s Seat. Vue imprenable sur Édimbourg et vent vivifiant à volonté.

Who are you, Elizabeth?

Nous ne nous étions pas remises d’avoir croisé sa majesté Ze Queen. Intriguée par cette reine très célèbre, je fis à mon retour de nombreuses recherches sur le personnage. Je découvris qu’elle avait du goût (ou sa styliste a du goût) : en effet, qui oserait porter des tenues aux couleurs des télétubbies ? La raison est simple : les anglais ont des goûts funky, ou mauvais goût tout simplement. Par ailleurs, sa gracieuse majesté doit toujours être visible, et bien visible (!) pour des raisons de sécurité.

Edimbourg : Elizabeth 2 et la couleur

La reine Elizabeth ou sa styliste encore une fois savent faire preuve d’une malice fort subtile. Faire passer des messages subliminaux car la reine n’est pas autorisée à donner son avis, publiquement, sur la situation politique du pays, ou du monde. Voici par exemple son beau chapeau (pro-européen ?), lors d’un discours d’ouverture du Parlement britannique, en pleine polémique sur le Brexit :

Brexit : Elizabeth 2 coiffée d'un chapeau bleu à fleurs

21 juin 2017 : discours d’ouverture du Parlement britannique

Un destin contrarié

Elizabeth ne rêvait pas du trône, non.  À vrai dire, elle avait même peu de chances de devenir reine lorsque son père est mort. Elle n’était que 5ième sur la liste de succession au trône. À son grand désarroi et à celui de son époux, la mort de son père ainsi que l’abdication de son oncle, l’a plongée dans une vie de contraintes qu’elle n’aurait jamais imaginée ! Voir la série The Crown, le film The Queen ou encore ce documentaire, que j’ai boulotté avec appétit, lors d’un voyage en train :

C’est comment la vie de la famille royale d’Angleterre ?

Je m’improvise aujourd’hui Stéphane Bern, enfin Stéphane Bernette et vous dévoile les quelques secrets de polichinelle que j’ai appris en prenant le thé avec Elizabeth, en débroussaillant Internet.

La vie de la famille royale est une vie de contraintes :

  • être en représentation, tout le temps,
  • être riche mais sans que cet argent ne vous appartienne vraiment,
  • faire Poker Face en public. Oui, oui, faire la gueule ! Une reine, ça ne sourit pas !
  • Vivre dans un grand palais froid de 775 pièces “parce que c’est la tradition”.
  • Avoir une belle-fille avec laquelle ça se passe mal, et passer pour une mégère, le jour où celle-ci divorce.
  • Avoir une belle-fille avec laquelle ça se passe mal, et passer pour une mégère, le jour où celle-ci meurt.

On ne plaint pas la famile royale, mais peut-on l’envier ? Je ne crois pas !

La reine Elizabeth fait de la randonnée !

Edimbourg : Elizabeth 2 en rando dans la verte Ecosse

 

Bref, vous l’aurez compris, Édimbourg est une ville passionnante, où l’on ne s’ennuie pas. Et c’est la porte d’entrée vers les Highlands !

Envie de conseils sur la capitale écossaise, envie de raconter des anecdotes ? Je vous invite à commenter, ci-dessous !


Plus d’articles sur le thème du voyage ? Ici !

Sissi Piriou

Voyager curieux, c'est tout un programme. Ceci est un blog fou de voyages, qui explore le monde, ses cultures et bizarreries. Bavard, très curieux, et un peu foutraque.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :