Infâmes GAFAM ou la dangerosité de Google, Facebook et cie

gafam

http://www.kroll.be/

GAFAM

À la base, je ne trouvais pas du tout les GAFAM infâmes (à part Amazon dont les exploits en matière de mauvais traitements des salariés sont régulièrement relayés dans les médias). J’ai rejoint Facebook et Gmail avec beaucoup d’enthousiasme et malgré une addiction dérangeante à Facebook, j’y passerais encore beaucoup de temps si…

  • …toutes les informations entendues sur la gestion des données utilisateur n’avaient pas aiguisé ma méfiance.
  • Je n’avais pas lu tous ces articles montrant que Zuckenberg s’excuse et entend résoudre les problèmes (anglais : “These mistakes are almost never because we hold ideological positions at odds with the community, but instead are operational scaling issues.”) posés par Facebook avant de recommencer, exactement comme avant.
  • Lorsque je m’enregistre pour mon voyage en avion quelque part, on me proposait pas de recevoir la carte d’embarquement via …Messenger.
  • Si Facebook ou Gmail ne passaient pas leur temps à m’envoyer des publicités ciblées et pourries que je masquais ou supprimais aussitôt.
  • Je n’avais pas appris que Gmail scanne tous mes emails, les lit…

“si vous utilisez Gmail, n’oubliez pas que Google analyse aussi vos conversations avec vos interlocuteurs, qui eux n’ont peut-être pas choisi d’utiliser Gmail et ne souhaitent peut-être pas que l’échange de mails soit analysé par Google.”

Ensuite

Le monopole GAFAM a commencé à sérieusement me déranger lorsque j’ai cherché, par exemple à accéder à de précieuses sources d’information autrement que par Facebook. Si on clique sur l’adresse du site Web lavraiedemocratie.org, sur Facebook (à ne pas confondre avec celle de Chouard), on re-atterrit sur… Facebook (fessbouc n’admet pas qu’on le quitte). Autre exemple : la famille zéro déchet ne relaie pas sur son site Web les précieux articles qu’elle publie sur le célèbre réseau social. Les dessins humoristiques d’un certain nombre de dessinateurs sont relayés …via Facebook uniquement mais pas sur leur site Web.

J’ai vu une sympathique vidéo de Konbini sur la victoire du oui au référendum sur l’avortement, en Irlande, sur Facebook. Je l’ai naïvement cherchée sur le site Web de Konbini, puis sur Youtube, puis ailleurs. Elle n’apparaissait que sur Facebook. Format court et percutant, spécialement conçu pour Facebook ?

Là, j’ai pris conscience du monopole de la plateforme. Ah la puissance des GAFAM !

Sommaire :

Zuckenberg

Le personnage est aussi effrayant qu’un Macron avec la même tête de gendre parfait (ou d’éternel petit garçon). Zuckenberg et ses équipes font des choix…extrêmes, pour se faire du pognon avec nos données. Encore un ingéchieur (heureusement, ils ne sont pas tous comme ça).

GAFAM

On connaît le scandale Cambridge Analytica, on nous parle actuellement du dépôt d’un brevet facebook pour activer votre microphone à votre insu, sur votre téléphone…un peu plus compliqué que le foin qu’on en fait mais déplaisant quand même. En gros, ils veulent utiliser le même système que Shazam.

Si on ajoute à ça :

  • l’impossibilité de changer de nom sur Facebook (si vous le changez, vous devez attendre 60 jours avant de pouvoir le modifier de nouveau),
  • le fait que Facebook exige, autant que faire se peut, votre vrai nom,
  • qu’il affiche des contenus en vous faisant croire que vos amis les aiment,
  • vous piste en dehors de son site grâce aux petits f placés sur d’autres sites…

…ça commence à faire beaucoup. Mais on reste quand même o_O. La faute à…

“cette accoutumance qui s’est créée et élargi les seuils de tolérance et a fait que beaucoup consentent, sans même parfois s’en apercevoir, des abandons importants de leur sphère privée et de leurs droits fondamentaux. La faute aussi au désir d’extimité (Serge Tisseron), ou le désir de faire reconnaître son originalité profonde, intime. On devient un individu par le regard des autres, quand on vit l’expérience d’être vu.e et reconnu.e. C’est le même désir de reconnaissance qui entraîne l’exposition de parts de soit sur les réseaux sociaux.”  Surveillés et consentants, Sciences Humaines, novembre 2015.

haut de page

Algorithmes et superficialité

J’en ai eu marre, également,  de partager des informations que je trouve très intéressantes (politique, écologie ou féminisme) et de voir qu’elles sont très peu commentées ou likées sur Facebook. Parce qu’elles ne sont pas vues ? Ah, la magie des algorithmes Facebook. On s’aperçoit régulièrement qu’on a manqué des informations de ses contacts, alors que parfois, on croyait les suivre.

Ou alors est-ce parce qu’elles indiffèrent ? Chacun ne s’intéresse qu’à ce qu’il publie ? Parce que tout va trop vite, on approfondit plus rien, on aime le tout-cuit, les vidéos, les tweets, les selfies ?

Serions-nous devenus des navires tranquilles, voguant dans le silence noir de la nuit ?

Il y a un moment où je me suis donc décidée à rejoindre Framasphère (tout en gardant Facebook sous le coude). Et là, j’ai tout de suite trouvé des échanges qui me convenaient beaucoup mieux.

haut de page

Pourquoi ne pas quitter Facebook d’un coup ?

Honnêtement, qui y parvient ? J’ai vu nombre de personnes désactiver leur compte 36 fois avant de revenir en courant ou en catimini ! Personnellement, je préconise un éloignement progressif, en espérant que ma démarche en intéressera d’autres…sans parler de ces pages ou personnalités, sur Facebook, à qui on peut proposer de bi-publier (sur Framasphère et sur Facebook). Pour ceux qui douteraient encore, je vous je vous renvoie aux commentaires sous cet article.

haut de page

Ils m’espionnent ? Mais, je n’ai rien à cacher…

Le pillage de nos données par les GAFAM et la création de profils publicitaires, d’après lesdites données, peut sembler abstrait à beaucoup, éloigné de la réalité ou de la vie de tous les jours. Moi ça a été mon cas longtemps. Je me disais “bon, ils savent tout de moi, c’est embêtant mais…”.

Où allez-vous, qui avez-vous appelé hier soir, pourquoi, quel est votre numéro de téléphone, votre date de naissance…ils veulent tout savoir de nous. Si quelqu’un se comportait ainsi face à nous dans la réalité, on se sentirait vite inquiet.

Et que se passera-t-il le jour où Facebook/Google vendront nos données aux états (pourquoi se priver de ce business juteux ?), à nos mutuelles ? On vous refusera un crédit parce que votre taux de cholestérol est trop élevé, ou parce que vous avez eu une pneumonie, ou parce que vous avez eu un défaut de paiement de votre crédit voiture il y a quelques années.

Mais encore…

On vous refusera l’accès à un concours en raison de vos opinions politiques ou un crédit immobilier parce que votre montre connectée Google/votre chatbot Google Home vous aura entendu parler de vos épilepsies (que vous n’aviez pas en dessous de  50 ans). Votre montre connectée qui surveille votre fréquence cardiaque, votre nombre de pas par jour estimera que vous ne bougez/marchez pas assez…

Votre voiture enregistrera vos excès de vitesse, accès de colère, votre frigo connecté dira à Google que  vous mangez trop de pizzas (voir “Ces objets qui m’on rendu fou, wedemain, numéro 20). En un mot, nous serons notés, évalués en permanence, comme en Chine.

La question est : est-ce que l’épisode Nosedive de Black Mirror s’est inspiré de l’exemple chinois ou est-ce que la Chine s’est inspirée de cet épisode de Black Mirror ?

Pour aller plus loin, sur la question du “Je n’ai rien à cacher” (VOSTFR) – sous-titres français :

haut de page

Les assistants vocaux

Les assistants vocaux sont certainement bien pratiques. Certains leur disent tout apparemment. Sauf que derrière eux, il y a des êtres humains qui transcrivent tout ce que vous avez dit depuis un mois à votre assistant vocal (ou parce qu’il s’est activé à votre insu !).

Ça craint, non ? Charline en parle très bien aussi :

haut de page

Pourquoi ne pas fermer la porte, alors ?

Lorsque nous allons aux toilettes, nous fermons tous la porte derrière nous, non ? Pourquoi ? Parce qu’il s’agit de NOTRE intimité. Continuer à accepter le comportement intrusif des GAFAM lorsqu’on a pris connaissance de leurs abus, c’est un peu comme accepter que quelqu’un vous regarde, lorsque vous faites la grosse commission (je suis naturellement classe, je sais). C’est mieux expliqué ici pour ceux qui lisent l’anglais.

Plus sérieusement, en quoi peut-on rester indifférent.e à des applications, sites qui veulent savoir qui nous avons appelé hier soir, où est-ce qu’on se rend actuellement, quel est notre numéro de carte d’identité ?

La Stasi n’aurait pas fait mieux ! Ou alors, des experts GAFAM se seraient-ils inspirés de vieux exemples, expériences de la Stasi ou autre, qui sait ? Ouais, le néolibéralisme, ce n’est pas mieux qu’un certain communisme finalement 🙂

haut de page

En route vers l’idiocratie ?

Plus effrayant encore, un certain nombre de jeunes ne seraient plus impressionnés par la lecture du livre 1984, de Georges Orwell :

“On est tannés de se faire dire qu’on est surveillés tout le temps. On n’en a rien à foutre. Et si on est heureux comme ça, nous autres ?”

Plus épouvantable encore, Skype (qui dépend aussi de Microsoft) nous espionne. Conservation de vos conversations, sessions vidéo. Nos smartphones chéris sont également nos pires chaperons !

Tout cela vaudrait des dommages et intérêts conséquents, sans parler de la pollution générée par le stockage de toutes ces données (datacenters en surchauffe, à climatiser).

Pensez-y, si on s’y mettait tous ensemble ! Money money money mes chéris coco !!!!

gafam

De quoi contribuer au financement de la transition énergétique dont nous avons grandement besoin…ou d’un revenu universel national (au moins pour l’expérimenter).

haut de page

Mais alors, que faire ?

  • Trouver des alternatives aux GAFAM, et s’y mettre progressivement.
  • Tester d’autres réseaux sociaux libres et décentralisés (ou tous les quitter).
  • Détenteurs de téléphones Android : si vous êtes chanceux, vous pourrez peut-être installer le système d’exploitation LineageOS dessus, sinon, comme moi, vous pouvez fouiner et remplacer le Google Play Store par F-Droid, remplacer google chrome ou le navigateur samsung par Firefox Focus.
  • Via F-Droid, vous trouverez également Orfox (et Orbot qui va avec Orfox, car il descend de Tor. Tor est un navigateur Internet aussi puissant qu’il est moche. Avec Tor, on se connecte discrètement au réseau, on ne sait pas où vous êtes ni qui vous êtes !). Dans le même genre, on a le navigateur Fennec (pas testé).
  • Pour se protéger des publicités pourries Youtube et être moins pisté.e, toujours sur F-Droid, vous trouverez NewPipe qui est juste parfait, rien ne change à part le nom et la protection contre le pistage.
  • BlueFilter peut être remplacé par NightScreen.
  • Le music player par Music Player GO.

Si vous avez besoin de racheter un smartphone, vous pouvez prendre un simple téléphone pas trop Smart…sinon, Orange commercialise le Fairphone. Cependant, les retours utilisateurs sont partagés.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 2.0 France.

10 réflexions sur “Infâmes GAFAM ou la dangerosité de Google, Facebook et cie”

  1. Très bel article, merci ! On ne le dira jamais assez mais oui, les GAFAM impactent vraiment nos vies, il est temps de faire de l’éducation populaire et dire aux gens, quand bien même être surveillés ne les dérange pas, quels sont les enjeux de cette surveillance de masse car, je crois qu’ils n’en ont pas toujours conscience.
    Peut-être que je me trompe mais, Diaspora et Facebook ne sont plus liés, si ? Il me semble que cette fonctionnalité n’existe plus.
    D’ailleurs, j’ai découvert ton blog via Mastodon et j’en suis très contente ! 🙂

  2. Merci pour cet article, j’ai toujours du mal avec l’argument “je n’ai rien à cacher”. Je n’ai pas vraiment de contre-argument, si ce n’est une opinion vague et assez peu élaborée qui dit que j’aime avoir une vie privée, que j’y ai droit, et que l’inverse est dangereux pour la société, l’environnement, la politique, etc.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.