Le complexe de la bonne ménagère ça évolue !!!

J’ai écrit un Féminisme : femme et bonne ménagère, sur le complexe de la bonne ménagère, un complexe épouvantable dont j’ai vu plein de filles souffrir, bien que le féminisme ait beaucoup progressé.

ménagère

Le complexe de la bonne ménagère, qui en parle ?

Je n’ai pendant longtemps pas trouvé d’échos à ce que je pensais, dans les médias, et je trouvais ça désespérant. Je ne comprenais pas non plus que ces filles, qui souvent adhèrent au féminisme, n’aient pas conscience de l’absurdité de leur comportement. Où est l’intérêt de tout contrôler au sein du foyer, je vous le demande ! Quid de la charge mentale, des doubles-journées, de l’image donnée à ses enfants ? De la perpétuation d’un schéma arriéré où la femme est …une ménagère. La ménagère, de moins ou de plus de 50 ans ? Que ce mot est laid !

Le rôle de l’homme

Étonnamment, moi j’ai toujours eu des mecs qui faisaient leur part de tâches ménagères sans que je ne leur demande rien. Je n’avais pas non plus besoin de les devancer. L’un d’entre eux, quand même, n’aimait pas faire la vaisselle. Quand ce n’était pas mon tour, je laissais ladite vaisselle pourrir dans l’évier jusqu’à ce qu’il bouge son luc. Pourquoi céder ? Sans compter qu’un foyer nickel n’est pas forcément sain :D. Un foyer dégueulasse non plus ceci dit.

Je ne comprends pas en quoi cela est compliqué pour beaucoup de filles de laisser les autres faire à leur façon, de partager la charge mentale. Qu’y-a-t-il d’insupportable dans le fait de voir les autres faire différemment ? Différemment ne veut pas dire mal. 😀 Dans la vidéo ci-dessous, Titiou Lecoq parle de sa prise de conscience devant des comportements automatiques (et inconscients). Elle explique aussi comment peu à peu elle a changé. Ça fait du bien de voir des femmes s’exprimer sur le sujet.

Titiou Lecoq : “En voyant des chaussettes sales par terre, j’ai pété les plombs”

Sissi Piriou

Ne prenez pas la vie trop au sérieux car de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant ! Ceci est un blog bavard, curieux, un peu foutraque mais insatiable d'actualités, de féminisme, d'écologie et autres réflexions un peu allumées.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. doublerose dit :

    Il me semble que l’idée de ne pas faire pour que l’autre qui n’a pas l’habitude de faire prenne les choses en main a une limite. S’il n’a jamais été habitué à faire, il ne fera pas quitte à transformer la maison en porcherie…
    j’ai beaucoup aimé l’expérience de la fille kamoulox à ce sujet : http://www.lafillekamoulox.com/soulager-charge-mentale/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :